faq

Bienvenue dans notre FAQ! N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions supplémentaires.

169_CIJ_FAQ_About-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg 169_Quote1-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg 169_Quote2-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg 169_Quote3-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg 169_Quote4-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg 169_Quote5-00fe8f6014de4757895508397333714b06c16b686d2c65d12602ddb72b4de94c.jpg

Lorsqu’on adresse une dimension de discrimination, les autres dimensions ne sont-elles pas automatiquement comprises?

C’est-à-dire que lorsque l’on parle d’égalité de genre, toutes les femmes, de tout âge, statut socio-économique, race, ethnicité, religion et orientation sexuelle n’en bénéficient-elles pas?

 

En théorie oui, en pratique non. Le processus d’exclusion et de discrimination qui a lieu au sein de certains mouvements à beau ne pas être intentionnel, il produit néanmoins davantage d’inégalités systémiques et structurelles.

 

Quand bien même les catégories comme “femme”, “homosexuel” ou “minorité visible” sont hétérogènes et diverses, leurs narratifs et représentations archétypes ne le sont pas. Plutôt, les intérêts, histoires, et images qui l’emportent sont ceux des individus qui détiennent le pouvoir politique, économique et social le plus important. Par conséquent, les droits, intérêts et voix des minorités dans ces catégories ont tendance à être négligés et marginalisés.

 

Sans une approche intersectionnelle explicite, les politiques d’égalité des chances et d’anti-discrimination auront tendance à reproduire les schémas de discrimination qu’elles visent à éliminer, étant donné que les processus de discrimination structurelles se sont, au fils des années, infiltrés dans tous les domaines de la société, y compris le milieu de l’anti-discrimination et de la justice sociale.

N’est-il pas plus efficace de se concentrer sur une dimension de discrimination à la fois?

L’intersectionnalité ne vise pas à s’attaquer à toutes les formes de discrimination en même temps. En effet, ceci serait impossible. A la place, une approche intersectionnelle à la discrimination et aux inégalités cherche à identifier et à répondre aux processus de marginalisation et d’exclusion au sein d’efforts d’anti-discrimination qui se concentrent sur une unique dimension. Il est donc question de combattre la discrimination dans la discrimination, d’éliminer l’inégalité au sein de l’inégalité, et de protéger les minorités des minorités.

 

Par exemple, les inégalités au sein de la catégorie “femme” resteront invisibles à moins que l’on ne se distance de la dichotomie homme/femme à axe unique, pour inclure d’autres dimensions telles que la race, la religion, l’orientation sexuelle, le statut socio-économique, et l’identité de genre. De la même manière, les intérêts et besoins spécifiques des minorités raciales, ethniques ou religieuses présentent dans les mouvements LGBTQI* - les réfugiés LGBTQI*, par exemple - ne sont généralement pas adéquatement respectés, étant donné que leur expérience est elle-même marginalisée au sein du mouvement. Leur exclusion peut être attribuée au fait que leur culture et religion à tendance à être considérée incompatible avec leur orientation ou identité sexuelle. Reconnaître l’existence de ces inégalités et de ces processus de discrimination à l’intérieur de divers mouvements est la clé à une politique efficace - et à une légifération dans le domaine de l’égalité de genre et l’égalité des chances.  

 

Une approche intersectionnelle assure que person n’est mis de côté dans la lutte pour plus de justice et d’égalité. Elle assure que les communautés et les mouvements soit inclusifs des différences, et travaillent ensemble pour l’égalité. Elle prévient les efforts d’élimination d’une forme de discrimination au détriment d’une autre.

Comment ça marche, en pratique?

L’intersectionnalité est un concept relativement nouveau au sein des politiques publiques Européennes, et beaucoup de progrès est nécessaire dans la manière dont les lois et les politiques s’attaquent à l’inégalité et à la discrimination intersectionnelle, ainsi que leur implémentation. Une compréhension incomplète de ce que représente la discrimination intersectionnelle, ses mécanismes et ses conséquences, associée à la croyance que les catégories sont automatiquement inclusives des différences (c.f. Q4, par ex. que la catégorie “femme” est obligatoirement inclusive de toutes les femmes) mène à des réactions inadéquates à la discrimination intersectionnelle.  

 

Le Centre pour une Justice Intersectionnelle aspire à combler ces écarts en fournissant des moyens concrets et efficaces pour obtenir une justice intersectionnelle. Par exemple, implémenter des politiques d’égalité de genre visants à rectifier les écarts salariales entre hommes et femmes, sans pour autant accroître les inégalités entre femmes, ou assurer que les politiques de migration et d’asile - en particulier concernant le regroupement familial - ne retirent pas aux femmes migrantes leur autonomie et leur déterminant. Ceci peut être atteint à travers de la recherche politique approfondie, des plaidoiries directes, et des conseils politiques.  

Qu’est-ce que la justice intersectionnelle?

L’expression de “justice intersectionnelle” désigne la justice et équitable distribution de richesse, opportunités, droits et pouvoir politique au sein d’une société. Elle repose sur les concept d’équalité et de droits sociaux et légaux. La justice intersectionnelle vise l’entrecroisement/la réciprocité des privilèges, ou au contraire désavantages, strcturels, soit l’idée selon laquelle le privilège des un.e.s se nourrit du désavantage/préjudice/tort des autres. Dans cette perspective, il s’agit pour nous d’axer notre action sur les personnes ou groupes de personnes confrontées aux plus hauts degrés d’obstacles structurels de nos sociétés - d’après le principe selon lequel, se concentrer sur les personnes les plus structurellement touchées par les systèmes d’inégalités nous bénéficiera in fine tou.te.s.
 

Intersectional justice understands discrimination and inequality not as the outcome of individual intentions, but rather as systemic, institutional and structural. Therefore, intersectional justice can be achieved through the institutions that directly and indirectly allocate opportunities and resources, including the school system, the labour market, the health and social insurance system, taxation, the housing market, the media, and the bank and loan system.

Qu’est-ce que l’intersectionalité?

Le concept d’intersectionalité décrit la façon qu’ont les systèmes d’inégalités, basés sur le genre, la race, l’éthnicité, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’invalidité, la classe ou toute autre forme de discrimination, de s’entrecroiser, créant ainsi des dynamiques et conséquences précises et uniques. Par exemple, lorsqu’une femme musulmane portant un hijab est discriminée, il serait à la fois impossible et contre-productif de dissocier son identité de femme et son identité musulmane et d’isoler une unique dimension à l’origine de sa discrimination.

 

Toutes les inégalités systémiques sont interconnectées et se renforcent mutuellement : pour les neutraliser et empêcher qu’une inégalité n’en renforce une autre, elles doivent être considérées simultanément. Par exemple, prendre seulement en considération l’écart de rémunération entre hommes et femmes sans prendre en compte d’autres dimensions telles que celles de la race ou du statut socio-économique, aura tendance à renforcer les inégalités entre les femmes.

En procurant des outils pour démêler les ficelles qui composent le complexe réseau d’inégalités, le concept d’intersectionalité nous permet de développer une compréhension plus profonde des injustices systémiques et inégalités sociales. Ce concept est par ailleurs un outil qui, en pratique, peut être utilisé pour lutter légalement et politiquement contre les discriminations intersectionelles.

 

*Nous reconnaissons toutes les definitions, expressions et identités de genre et représentons toutes les personnes qui existent au-delà, à l’encontre et à l’extérieur de la binarité de genre. Ce que nous entendons par “femme et homme” n’est ni fixe, ni déterminé.